Réseau maintenance

Réseau maintenance francophone
Association française des ingénieurs et responsables de maintenance

 

Outils & Services    |    Fréquentes questions    |    Contact    |    Plan du site    |    Adhérents    |    GT
Afim
Adhésion
Association
Régions
 
Actualité

Agenda
Conférences
Lettre & RMD

L'Afim sur la Toile
Suivez l'Afim sur facebook
Suivez l'Afim sur twitter
 

ec@t-npmi

e-catalogue
Afim-Komerko
eCl@ss
Conférences
 

Emploi
Fiches métiers
Trophée Frontinus
Offres / Demandes
Baromètre
Conférences
 
Formation
Formations Afim
Diplômes nationaux
Référentiels formation
SST
Conférences
 
SST - Risques
C'est arrivé...
Sécurafim
Analyse des risques
Données clés
Référentiels SST
Risques & MP
Prévention
Réglementation
Obligation formation
Risques industriels
Conférences
 
Marchés
Observatoire RM
Prestataires
Etudes de marché
Contrat type
Réglementation
Conférences
 
Normalisation
Normes & documents
Glossaire internat.
 
Gestion des actifs
Réglementation
GMAO
Diagnostic
Pathologie
TPM
Immobilier
Conférences
 
Publications
Guide national
Sécurafim
USB Privilège
Sciences & Maint.
Contrat type
Carnet ap. levage
Lettre RMD
Magazine
Ouvrages
GMAO
Diagnostic
Bibliothèque
Presse
 
Rencontres
AG Afim
Forum Afim
Innova-Maint.
Maint. Expo
Préventica
Euromaintenance
Conférences
 
Contacts utiles
Par thème
France
Europe
International
Francophonie
Réseau maintenance dernière 205 - 24 juillet 2012
[ Qu'est-ce que Réseau maintenance dernière ? ]
[ Application de la loi Informatique et Libertés ]

 

Investir dans l'amélioration des conditions de travail en maintenance, un enjeu de compétitivité de plus 5,5 % du salaire brut

En regard de la recherche de gisements d'amélioration de la compétitivité, l'amélioration de la santé et des conditions de travail représente pour les métiers de la maintenance un enjeu de 4 % du salaire brut en moyenne nationale.

En termes de journées perdues par incapacité temporaire suite à un accident du travail reconnu, ce sont plus de 3 300 journées pour 1 000 salariés en maintenance perdues en 2010, soit 3,3 jours par salarié. L'absentéisme en maintenance pour accidents et maladies professionnelles représente 1,5 millions de journées perdues, soit 6 500 personnes en équivalent temps plein et 1,5 % des salaires bruts.

Pour ce qui concerne les maladies professionnelles reconnues en 2010, les occurrences d'affection comparées pour 1 000 salariés par rapport à la moyenne nationale font ressortir l'acuité des maladies professionnelles caractéristiques des métiers de la maintenance. L'amiante, le benzène et le bruit identifiés depuis plus de 15 ans par l'Afim comme causes premières des maladies professionnelles en maintenance présentent des rapports à la moyenne nationale qui doivent nous interpeler. Près de 14 fois plus de maladies liées au benzène, près de 9 fois plus de surdités professionnelles, plus de 2,5 de pathologies liées à l'amiante…

Avec une occurrence de mortalité plus de 2,5 fois supérieure à la moyenne nationale, les métiers de la maintenance font partie des métiers les plus risqués, avec des accidents en partie liés aux défauts de condamnation des énergies dangereuses.

Le challenge de la décennie est l'amélioration de la santé, de la sécurité et des conditions de travail. Pourquoi faire des conditions de travail l'axe de progrès de la santé et de la compétitivité ? Les conséquences des conditions de travail actuelles le démontrent : la relation entreprise-salarié est de type " perdant-perdant " :
les entreprises dépensent plus de 4 % du salaire brut en cotisations d'assurance des accidents et des maladies professionnelles auxquelles s'ajoutent 1,5 % relatifs aux coûts de remplacement des accidentés,
les victimes d'accidents et de maladies professionnelles subissent la dégradation de leur santé et l'altération durable ou non de fonctions essentielles (audition, mobilité, etc.), sans compter les conséquences psychologiques des accidents et des maladies contractées.

Alors pourquoi encore attendre encore pour agir ?

Dans le domaine des accidents, l'Afim a développé Sécurafim®, une démarche de terrain pour faire régresser les accidents graves et mortels liés aux énergies dangereuses. Avec l'outil d'analyse des risques par intervention PARI Maintenance, les risques sont identifiés et la pose d'affichettes rend visibles les organes à manœuvrer pour éliminer les énergies dangereuses. Les intervenants disposent ainsi sur les installations de la connaissance des organes qui participent à leur mise en sécurité. Pour 120 € HT, une trousse Sécurafim® permet la mise en place du management visuel des condamnations sur une dizaine d'équipements. 12 € par équipement, est-ce ruineux pour faire régresser les accidents liés aux interventions dans les installations ? Cette démarche est cohérente avec l'enseignement de la sécurité en formation initiale et elle offre à toutes les entreprises l'accès au même progiciel libre d'analyse des risques.

Par ailleurs, la conception des équipements et des installations doit être revue pour faire régresser les accidents. Les concepteurs devront accepter d'aller sur le terrain pour comprendre pourquoi des capotages efficaces pour la production ouverts ou retirés pour intervenir à l'intérieur des équipements, ne permettent pas de garantir la sécurité des intervenants de maintenance…

Dans le domaine des maladies professionnelles, les données relatives à la surdité professionnelle devrait inciter à agir enfin. Les métiers de la maintenance génèrent près de 9 fois plus de surdités que la moyenne nationale. Ce qui représente près de 230 personnes par an parmi les 450 000 intervenants de maintenance dans l'industrie et l'immobilier et tertiaire. Sur la base d'un coût moyen pour l'employeur de 100 000 € par surdité reconnue, la surdité professionnelle pour les métiers de la maintenance représente une indemnisation de plus de 23 millions d'euros par an, plus de 51 € par intervenant. Et pour les victimes, être sourd est un handicap social particulièrement lourd. Protéger les intervenants efficacement contre le bruit et leur permettre de communiquer avec des casques isolants à liaison phonique coûte environ 400 € par intervenant. Ainsi, avec le coût annuel de l'indemnisation des surdités professionnelles, il est possible d'équiper 57 500 intervenants avec des moyens adaptés à leurs activités. Mais il faut en finir avec les bouchons d'oreilles et les casques isolants mal adaptés aux conditions réelles de travail. En effet, lors des actions de maintenance, il faut aussi se protéger du bruit et communiquer.

Avec l'Afim, participez à l'éradication de la surdité professionnelle et soutenez matériellement son action pour doter tous les diplômés et tous les intervenants de la filière maintenance de cet équipement de protection indispensable. Pour 10 % du montant des indemnisations, tous les diplômés de la filière maintenance pourraient être équipés dès la formation professionnelle.

Il n'y pas de pires sourds que ceux qui ne veulent pas entendre que c'est le bruit qui rend sourd !

 

 

[ Qu'est-ce que Réseau maintenance dernière ? ]

retour

Réseau maintenance dernière est le moyen mis en place par l'Afim afin de vous informer rapidement et ainsi vous faire gagner du temps. A raison d'une à deux fois par mois nous vous fournirons des informations sur le métier et ses réalisations. Vous pouvez réagir et nous faire part de vos attentes et suggestions. Le forum de discussion du Réseau maintenance est également à votre disposition. Il vous permet de questionner le Réseau maintenance sur des problèmes spécifiques et de bénéficier de la compétence des spécialistes qui font la profession.

Si vous retransmettez ce bulletin, pourquoi ne pas encourager vos amis et collègues à s'y abonner. Cela nous aidera à jauger la popularité du service. Si vous souhaitez ne plus être destinataire de Réseau maintenance dernière, signalez-le nous par un courrier électronique précisant l'adresse à désabonner envoyé à : afim@afim.asso.fr.

Réseau maintenance dernière est diffusé à 12 500 personnes.
Directeur de la publication : Claude Pichot (01 56 56 29 29)

 

 

[ Application de la loi Informatique et Libertés ]

retour

Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, adressez-vous à afim@afim.asso.fr.

Copyright Afim© 2020 - Mentions légales